Celia ARGÜELLO RENA
Danseuse

Celia a reçu une bourse pour participer à la manifestation Camping organisée par le Centre national de la danse

Quel est votre parcours artistique ?
Je suis danseuse et chorégraphe. Je suis née dans la ville de Córdoba, au nord de l'Argentine. En 2006, j'ai déménagé à Buenos Aires où j'ai obtenu un diplôme en composition chorégraphique à l'IUNA (Institut National d'Art) et j'ai étudié la danse contemporaine et le théâtre avec des professeurs nationaux et internationaux. J'ai collaboré en tant qu'interprète avec certains des chorégraphes les plus productifs de la scène locale et je travaille également comme chorégraphe avec différents directeurs de théâtre. J'ai eu la chance de recevoir des fonds, des bourses pour développer mes propres projets en Argentine. J’aime travailler avec des artistes de différentes disciplines et mélanger la danse avec d'autres langues. J'utilise également du matériel biographique et j'aime m'impliquer dans le contexte politique pour développer mes propres interprétations de la réalité et générer de nouvelles façons de la voir. Je suis constamment à la recherche de nouvelles façons de penser le mouvement et le corps pour mes pièces, en tant que professeur et créateur.

Quel regard portez-vous aujourd’hui sur votre profession ?
J'aimerais être optimiste en ce qui concerne ma profession. Notre matériau de travail est quelque chose qui est toujours en construction et cela implique la possibilité de se réinventer tout le temps. Cela implique aussi une responsabilité dans le discours que nous mettons dans notre propre corps. Cette idée me dérange et m'intéresse en même temps. Voyager avec la danse m'a aussi donné l'occasion de connaître d'autres contextes très différents de mon pays. En Amérique du Sud, nous avons une scène artistique très puissante, mais nous n'avons pas assez de ressources pour tous. En Argentine, notre gouvernement actuel choisit, de plus en plus, de supprimer le budget de la culture. Nos créations et nos discours sont croisés avec l'idée de résistance et de crise. Nous le faisons même si c'est très difficile à produire, et cela nous rend forts et unis entre nous, dans le meilleur des cas. Je pense que la danse est à un moment intéressant, j'aime voir et étudier comment les artistes développent des stratégies corporelles pour survivre dans cette ère de virtualité technologique. Je crois qu'en tant que travailleurs, notre tâche est de continuer à croire au corps comme présence et comme discours. 

Comment vous voyez-vous dans 5 ans ? Dans 10 ans ?
J'espère continuer à travailler dans la danse jusqu'à la fin de mes jours ou jusqu'à ce que mon désir reste attaché au mouvement. Dans 5 ans, je me vois travailler dur pour générer de nouvelles formes de rencontre entre artistes, sans penser uniquement à la survie économique. Je me vois collaborer avec des artistes et des gens incroyables pour créer de nouvelles façons d'être perçus dans le monde. J'aime vraiment rechercher de nouvelles idées et de nouveaux regards, j'espère continuer à le faire. Dans 10 ans, je me vois bien profiter de tout ce travail et aussi de ma vie personnelle. Je me vois travailler pour atteindre de nouveaux objectifs. J'espère vivre de nouveaux états d'humanité, avec des conditions égales pour tous. Pour les artistes indépendants, la vie et le travail sont toujours très proches. À l'heure actuelle, tout comme il y a de nombreuses années en Argentine, nous nous battons pour que l'État approuve une loi qui nous reconnaisse en tant que travailleurs de la danse. Je voudrais que cette loi soit bientôt approuvée et que la danse soit également une affaire d'État.

Cette interview a été réalisée en 2018
 Photographie : Céline Anaya Gautier