Isryel JULES
Danseur

Isryel a reçu une bourse pour participer à la manifestation Camping organisée par le Centre national de la danse

Quel est votre parcours artistique ?
Mon parcours artistique est basé sur le hip-hop, influencé par la culture de rue à New York. J'ai également été influencé par le théâtre musical et les leçons de la vie.

Quel regard portez-vous sur votre profession aujourd'hui ?
Mon opinion sur ma profession est que je peux être plus grand que ce que je pensais au départ. Je me vois atteindre un niveau où je peux être aussi élevé qu'une superstar comme Beyonce ou Michael Jackson. Quelqu'un de ce calibre avec ma danse. J'ai l'impression que la danse est sous-estimée parce que nous devons non seulement danser, mais aussi chanter et jouer. Nous sommes aussi des athlètes. Il y a tellement de choses qui entrent dans la danse, mais elle est perçue comme un ‘sous-art’, un danseur n’est pas aussi estimé qu’un chanteur ou un acteur. Je sens aussi ma profession comme quelque chose que je peux utiliser pour créer le changement. Je me vois comme une voix qui parle des choses qui se passent dans le monde et qui réveille les gens. Cela me donne aussi une plateforme pour le faire. Surtout si mes partisans sont nombreux.

Comment vous voyez-vous dans 5 ans ? Dans 10 ans ?
Dans 5 ans, je me vois devenir un maître dans plusieurs styles. Gagner des compétitions de coupe du monde, être au sommet de ma forme physique. Une flexibilité absolue aussi. Je me vois créer un style de danse tellement personnel qu'il devient unique en son genre. Je me vois voyager régulièrement dans le monde entier. J’espère créer une entreprise que je serai capable de me gérer entièrement. Apprendre la vidéographie pour créer des films de danse. Pouvoir parler aux gens à travers mon art et créer le changement. Je me vois vivre et prospérer grâce à ma danse. J'aimerais avoir un vaste réseau et de nombreux adeptes. Je me vois me produire dans le monde entier pour des personnes très importantes. Et réaliser des courts-métrages ou participer à de nombreux clips et films.

Interview a été réalisée en 2018
Photographie : Céline Anaya Gautier