Omar IBRAHIM
Artiste visuel

Omar a reçu une aide à la création en partenariat avec l'atelier des artistes en exil

Quel est votre parcours artistique ?
Je suis ce que j'aimerais appeler un ‘artiste visuel’, ce qui signifie pour moi la capacité d'être libre et responsable de créer mon produit artistique à travers tous les domaines que j'ai expérimentés. J'ai fait mes études à la faculté des Beaux-Arts de l'université de Damas en 2002 (département sculpture). Par la suite, j'ai vécu de nombreuses expériences et projets artistiques dans les domaines de la sculpture, de la peinture, du graphisme et du design d'intérieur, de la photographie et de la calligraphie arabe. Aujourd'hui, je m'efforce de mettre en commun mes expériences artistiques pour aller plus loin dans mon projet, qui fait appel à des techniques mixtes, en particulier la sculpture, la peinture et la calligraphie, afin de me découvrir moi-même et de créer ma propre personnalité grâce à mes œuvres d'art. J'enseigne la calligraphie arabe à l'école Sciences-Po de la ville de Reims. Je partage mes expériences culturelles avec mes étudiants et avec ceux qui pourraient être intéressés par la riche scène du monde arabe.

Quel regard portez-vous sur votre profession aujourd'hui ?
Ma profession aujourd'hui s'améliore, mais lentement en raison des nombreuses difficultés à trouver le bon soutien financier pour pouvoir développer mes nouvelles recherches. Cependant, je continue ma production artistique et participe à de nombreuses expositions et ateliers comme je l'ai fait par exemple le 2 novembre dernier, quand j’ai terminé une peinture d'une taille de 5x5m au Musée de l'Histoire de l'Immigration avec 5 autres artistes de différents pays sous l'organisation de l'Atelier des Artistes en Exil. Mais je suis toujours heureux qu'à travers tout cela, la manière d’exploiter l'expérience professionnelle, la manière que je me suis choisie, continue d'avancer et de s'éloigner, et jour après jour je me sens plus proche de ce que je veux vivre et m'offrir à moi-même. Je réalise que l'impact de mon travail peut donner aux autres un peu de valeur humaine et cognitive.

Comment vous voyez-vous dans 5 ans ? Dans 10 ans ?
Je me vois comme un artiste indépendant capable de vivre de son travail artistique et de lui donner tout le temps et l'étude dont il a besoin pour l'améliorer et le diffuser davantage afin de transmettre le message et la valeur que je veux partager avec les gens. Je suis profondément passionné par ce que je fais et j'aimerais maintenir cette passion pour atteindre tous mes objectifs.

Interview a été réalisée en 2018
Photographie : Céline Anaya Gautier