Sameh ZOABI
Réalisateur

Sameh a reçu une aide à l'écriture pour son prochain long métrage

Quel est votre parcours artistique ?
Cadet de neuf enfants de parents agriculteurs, je n'ai pas grandi en allant au cinéma. Dans mon petit village d'Iksal, près de Nazareth, les théâtres avaient fermé bien avant mon enfance. Ce n'est qu'en 1995, lorsque je suis allé à l'université, que mon éducation cinématographique a commencé. Contre toute attente familiale et culturelle, j'ai décidé de déménager à Tel-Aviv pour suivre un double cursus en études cinématographiques et en littérature anglaise. Après avoir obtenu mon diplôme, mon intérêt pour le cinéma s'est accru, mais je savais que je devais quitter le Moyen-Orient pour acquérir une nouvelle perspective plus large sur la vie et la réalisation de films. L'année suivante, j'ai reçu la bourse Fulbright pour poursuivre un MFA en direction cinématographique à l'École des Arts de l'Université de Columbia. Mon amour pour le cinéma et mon désir de raconter des histoires en utilisant son style artistique ont grandi avec moi grâce à l'éducation, et au travail sur différents projets. Je dirais que ce qui enflamme cette formation artistique, c'est l'amour de raconter des histoires et de se connecter à ce qui nous lie en tant qu'êtres humains.

Quel regard portez-vous sur votre profession aujourd'hui ?
Faire des films a toujours été une profession difficile. Au fond, un cinéaste s'enthousiasme pour une idée, mais il y a ensuite tout un processus de développement, d'écriture et finalement de réalisation du film, qui nécessite une collaboration avec d'autres (afin de transformer cette idée en film). Cela peut prendre des années. On ne peut pas faire un film seul, et donc faire naître une idée qui pourrait inciter d'autres personnes à le faire avec vous est toujours un grand défi. Et je pense qu'avec les médias sociaux et le téléchargement de vidéos et d'histoires personnelles, ce défi devient encore plus grand. La capacité d'attention du public change et le cinéma évolue en conséquence. Et je pense que nous devons le faire aussi.

A partir de quel moment penserez-vous avoir émergé ?
Sur le plan professionnel, je dirais que mon premier court métrage, Be Quiet, a été le film qui m’a ouvert de nombreuses portes dans l'industrie. En 2005, le film a été sélectionné et a remporté un prix lors de la sélection du Festival de Cannes-Cinéfondation. Le succès du film a ouvert la porte à plusieurs opportunités professionnelles américaines et internationales, notamment la participation aux marchés de la coproduction de Sundance, Berlin, IFP à New York et Rotterdam. J'ai également été invité à quelques résidences de création telles que la Cinéfondation du Festival de Cannes, le Berlinale Talent Campus et le Sundance Screenwriters Lab. C'est ainsi que ma carrière a commencé en fait. Sur le plan créatif personnel, j'ai l'impression qu'à chaque fois que je fais un nouveau film, j'émerge à nouveau. Chaque expérience de réalisation d'un film me donne un sentiment de croissance, tant sur le plan professionnel que personnel. Chaque fois que je fais un film, une voix et un objectif différents émergent, ce qui m'amène à l'excitation et à la détermination d'en faire un autre.

Comment vous voyez-vous dans 5 ans ? Dans 10 ans ?
Je me vois encore faire des films, pas seulement sur le Moyen-Orient, mais peut-être aussi à propos d'autres endroits. Je suis ouvert à réaliser aussi des films que quelqu'un d'autre a écrit. Tout dépend de l'histoire et de la façon dont je peux y trouver ma voix. Le cinéma est un langage universel et j'aimerais raconter des histoires qui résonnent en moi en tant que cinéaste.

Cette interview a été réalisée en 2019
Photographie : Amandine Besacier